Âmes sœurs hameçonnées

Âmes soeurs - âmes sonnées

Pour la première fois, il lisait en quelqu’un comme dans un livre ouvert. On lui avait bien dit que maintenant, débarrassé de certaines masses mentales inhibitrices, il serait plus à même de percevoir des choses qui ne lui étaient plus accessibles depuis des temps immémoriaux. Il n’y croyait qu’à moitié, surtout que par rapport à son entourage, rien ne semblait avoir changé, mais, dans son cas à elle, il dupliquait ses pensées instantanément, cela en était presque dérangeant, au début en tout cas …

Quelque soit la distance où il se trouvait d’elle, il lui suffisait de mettre son attention sur son être véritable et cela en venait à établir une véritable dérivation sur ses pensées, il était en prise directe sur tout ce fourbi accumulé durant toutes ces vies à elle. C’était comme une très longue piste jonchées d’incidents qui déclinait toutes ces identités à perte de vue, un peu à la manière de bobines de films qui n’en finissaient pas. Et il était émerveillé de tout ce qu’elle avait pu vivre, enfin  « elle » était une façon de parler car les genres s’alternaient sur des périodes plus ou moins longues en fonction du sexe des corps contrôlés. Puis il se sentit irrésistiblement happé vers le présent, il vit défiler les vies successives de cette autre entité à une allure folle et passionnée, il se retrouva bien vite sur terre emporté à travers les civilisations chaldéenne, perse, étrusque, spartiate, égyptienne, phénicienne, romaine, japonaise, indienne puis européennes… jusqu’à aujourd’hui. Et là, résonnant en lui comme un million de trompettes prêtes à faire tomber tous les mûrs, il se fit l’écho de son message à elle :

— Espèce de triple crétin intergalactique ! Tu ne vois pas que c’est moi qui t’appelles !âmes soeurs - âmes sonnées

Bien que se sentant moins seul en premier lieu, il fut tout de même surpris et ne pu esquisser un recul face à une intention aussi clairement prononcée ; aussi il condensa son espace et tout son être se retrouva réduit en une portion infime, d’où sa puissance ne se mesurait plus qu’en une absence de conscience, vaste torpeur stagnante d’où n’émergeait plus qu’un mutisme qui, seul, semblait un refuge à toute épreuve.

En fait, c’était son truc pour figer le temps et se donner de l’air intérieurement afin de préparer sa riposte, le tout étant de ne pas être mis hors jeu avant de renvoyer le premier coup, pas toujours si simple… En effet, qu’avait-elle bien voulu lui faire entendre, par « crétin intergalactique », qui plus est triple !

Il savait que tout n’était que considérations qui restaient figées lorsque trop empreintes d’accords avec l’autre. Bon, il lui suffisait donc tout bonnement de ne pas être d’accord avec cela et de le lui faire comprendre une bonne fois pour toutes. Aussi tout son être se mobilisa pour occuper puis maintenir un espace qui finirait bien par lui tenir tête à cette « elle».

Mais il eut beau dire, il eut beau faire, une fois de plus, elle lui était montée à la tête…Elle lui était montée à la tête...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *