Cul de sac en trompe l’œil

ou comment se détendre quand on considère ne plus avoir de ressort.

C’est lorsqu’il fit le point sur sa situation actuelle, qu’Horacio Padereste, Cul-de-sac en trompe l'oeilcelui qui pourtant tombe toujours juste sans aucune retenue,  dut reconnaître qu’il se retrouvait totalement coincé dans un jeu dont il s’était rendu complètement effet. Son espace-temps s’en était trouvé réduit à la portion congrue : il vivait dans l’instant, à l’intérieur de ce corps – le futur dont il se préoccupait n’était pas plus long que le passé dont il se souciait, c’est à dire tout au plus quelques minutes. C’est à partir de ce minuscule point de conscience perdu au beau milieu d’un océan d’inconscience qu’il décida d’entreprendre le plus grand tour de force que même Oudini dans ses meilleurs jours aurait eu du mal à envisager…

… repartir à la conquête de son propre espace en l’étirant au-delà d’un horizon qui pour le moment se limitait, il fallait bien le dire aux quatre murs de sa chambre, avec comme fond le plancher et comme toit le plafond.

Sic Itur Ad Astra

 Mais comme l’oraison du plus for a toujours l’âme ailleurs, la solidité de ces barrières céda rapidement face à son intention d’expandre son espace au-delà des convenances…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *