Naguère : des étoiles

Naguere des etoiles
Tout commença lorsqu’il fallut se séparer. L’Empire tout entier se disloquait sous les pressions répétées des envahisseurs. Depuis quatre vingt millions d’années que la confédération existait, jamais un tel potentiel de destruction n’avait été dressé contre elle. La lutte s’était aggravée depuis les deux derniers milliers d’années. Et inlassablement, malgré les considérables pertes qu’ils ne cessaient de subir les envahisseurs revenaient à la charge, vague après vague, toujours plus nombreux, toujours mieux armés ; planète après planète, système après système, galaxie après galaxie, inéluctablement, croulant sous ce robot-compresseur nous perdions du terrain.

Durant les dernières années, la lutte s’était sauvagement intensifiée à notre désavantage. Bientôt du stade d’Empire, la confédération se scinda en groupes qui n’accomplissaient plus que des actes de rébellion de plus en plus sporadiques dans le temps et dans l’espace. Aussi vînt le temps où il fallut envisager de se disperser aux mille recoins de cet univers et il y eu un dernier multiplex interstellaire, où les quelques centaines de millions de survivants de ce qui fut autrefois la plus vaste confédération de tous les temps, communiquèrent leur dernière foi. Chaque individu composant ce groupe impressionnant mais néanmoins très réduit, connaissait les règlements préexistants dans ses moindres détails. Leur affinité atteignit son paroxysme lorsqu’il fallut prendre les décisions qui s’imposaient. Le constat numéro un était celui de la défaite provisoire. Bien que qualitativement supérieur, leur système de défense mental combiné succombait face au nombre des armes traditionnelles ennemis, surtout face aux substances chimiques de classe quatre et encore plus face aux atomiseurs neutroniques qui laissaient suffisamment de traces chez leurs victimes pour que la seule perte de corps ne suffise pas à en palier les effets mentaux à long terme. La dégradation de conscience qui s’en suivait donnait beaucoup à réfléchir. En effet tout système de réhabilitation à l’échelle individuel se trouvait annihilé par la priorité de l’état d’urgence, car de toute part les harcèlements incessants ne laissaient le temps que de se défendre en parant au plus pressé. Une telle entreprise de redressement ne pourrait s’intégrer à l’intérêt du plus grand nombre qu’une fois le niveau cinq du plan atteint ; c’est à dire après la stabilisation des étapes de régénérescence, comme prévu par la stratégie commune. Le constat numéro deux était que de toute manière, il fallait survivre à cela ; ce qui entraîna l’élaboration en même temps que l’adoption du plan à l’envergure la plus audacieuse que l’on n’ait jamais tenté :

 

Règle préliminaire :

Garder le secret total sur ce qui va suivre, à partir de cet instant jusqu’à ce qu’un contact de reconnaissance croisé dans les superpositions significatives physiques, mentales et spirituelles ainsi que dans les diverses couches des différents réseaux multivalents s’y rattachant ait été enregistrés par chacun des êtres ici présents. La règle de signification minimum fut ainsi observée et le plan pris la dénomination de plan X (Notez que dans le langage de combat impérial, plan se disait phœn ; NDT). Les phases d’assaut principales, réparties sur une durée de deux cent mille ans au plus, étaient les suivantes :

PHASE 1 : L’éclipse

Donner la certitude d’une victoire totale pour les envahisseurs. Cela imposait la destruction complète et le sabordage total des équipements encore en état de marche. Tout vaisseau où qu’il se trouva, quel qu’en fut la taille, de la simple navette au plus puissant des croiseurs lourds sera désintégré. Toute idée de refuge dans un repli de non espace doit être abandonnée. Auparavant, chacun d’entre vous recevra un enregistrement complet de toute la technologie ainsi perdue via un duplicateur mnémonique à verrouillage réactif  ainsi qu’un nom de code intemporel qui ne pourra être altéré. Chose plus grave, tout développement génétique sera interrompu, les schèmes de reproduction ayant préalablement été enregistrés par le même procédé. Les corps seront désintégrés par le processus habituel.

PHASE 2 : La dispersion

Précédant les phases successives de régénérescence, la dispersion consiste tout d’abord à localiser dans cet univers les différentes galaxies, systèmes et planètes capables de supporter la croissance des civilisations futures en vue de se rescinder en une nouvelle confédération ; puis, suivant les répartitions homogènes des unités spirituelles, atteindre ces diverses unités afin d’en faire croître la survie sous toutes ses formes à l’insu d’une éventuelle présence ennemie. Le choix sera caractérisé par les critères suivant :

  • Éviter toute galaxie déjà envahie, quel que soit son niveau de colonisation. Ne pas spéculer non plus sur les galaxies pouvant être envahies au cours des prochaines deux cent mille années. D’après nos connaissances, seuls les replis compris au-delà de nos champs de colonisation actuels, correspondent à cette description. Par conséquent nous ne pouvons donner plus de détails sur la localisation des systèmes et planètes optimales.
  • Les systèmes seront choisis conformément à leur stabilité au cours des prochains deux cent mille ans. Ne seront pris en considération que ceux dont l’analyse spectrographique présentera des maxima dans les couches de composants n’appartenant pas aux éléments favorables au développement de nos adversaires. Le choix se portera donc en priorité sur les systèmes abondants dans les gaz à couche externe stable ainsi que dans les actinides et leurs dérivés. Ceci afin de permettre l’évolution rapide des lignes protoplasmiques déjà connues d’une part et d’autre part dans le but purement stratégique d’étudier, de mettre au point, puis de propager des effets dégradants à base de plutonium utilisé par les envahisseurs.
  • Les planètes utilisées devront bien sûr favoriser l’évolution des unités d’échange carbo-chimiques, leur support minimal ne devra pas comporter plus de cinq pour cent de matières exploitables, ce qui pourrait fixer une attention externe fatale. De préférence, seront redirigées les planètes à consensus d’évolution primitif. Les groupes de dispersion respectent bien entendu les lois d’affinité réciproques préexistantes. Pour des raisons de convergence d’objectifs, et de respect des délais, les groupes de combat actuel se trouvant réduit à moins de dix mille unités devront se fondre, de préférence dans les groupes de force huit et inférieure, leur état opérationnel étant provisoirement suspendu.

PHASE 3 : L’implantation

Une fois que chaque groupe en aura terminé avec la localisation puis l’observation, l’implantation pourra commencer. Les premières vagues auront pour but de sélectionner à travers l’expérience exhaustive des diverses formes évolutives préexistantes de leur planète, les systèmes les plus aptes à se développer dans le sens optimal de la survie. Fondamentalement, aucune forme minérale, végétale ou animale n’est à rejeter. Toutes seront étudiées dans les limites temporelles imparties. Les rapports successifs seront enregistrés, analysés, puis les champs évolutifs principaux et secondaires seront sélectionnés et développés avec le maximum de puissance.

PHASE 4 : Le point critique

Durant toute période d’adaptation, sur quelque système que ce soit nous aurons devant nous la panoplie des milliards de milliards d’êtres dégradés que nous avons perdus et qui ont été plus ou moins retournés contre nous de par leur baisse de niveau de conscience implanté qui les empêche de faire face à leurs propres problèmes, aussi rationnels qu’ils essaient d’être. Nous devrons lutter contre leur antagonisme latent qui ne tardera pas à se faire jour et qui constituera le principal rempart sournois à nos objectifs. Notre comportement de base voudrait que nous ignorions cela conformément à la loi de non dégradation ; mais selon notre autre loi supérieure du maintien de la survie et à la vue du niveau de nécessité dans laquelle nous nous trouvons et qui ne manquera pas d’empirer, la promulgation d’une loi temporaire de retournement de flux négatifs par la reconquête des espaces perdus à travers la force est ici évidente. Durant les premiers deux cent mille ans, il nous faudra lutter, et nous aurons aussi à en pâtir en profondeur. Toutefois, sur la plupart des systèmes, lors du non contrôle des actinides, nous rencontrerons des points critiques qui parfois seront fatals. N’oubliez jamais que toute rupture de compréhension vis à vis d’un organisme composite à conscience dégradé vous fera considérer comme « fou ». Vous vous exposeriez ainsi à des mécanismes physiques primitifs qu’il vous faudra éviter, à supposer bien sûr qu’ils puissent vous attraper. Sur certaines planètes, et dans des cas extrêmes, d’aucuns pourraient avoir recours à l’abandon des organismes ; ceci est à proscrire même en cas de pression externe trop importante. Cependant certains parmi nous, victimes des implants négatifs, se tournerons alors provisoirement vers l’autre camp ; l’autre camp présent avec sa somme de dégradations physiques et d’émulations chimiques mélangés parfois à des substances présentées trop souvent comme médicamenteuses.  Cette phase critique devra être menée de front avec la phase 5 puis sera définitivement résolue lors du fonctionnement opérationnel de la phase 6 qui la chevauchera immanquablement.

PHASE 5 : La reconnaissance

Les millénaires d’implantation favoriseront l’individuation, le démantèlement des groupes, l’occlusion de la connaissance et le développement de pseudo-cris de ralliement à l’antagonisme sournois. Aussi toute procédure de reconnaissance mutuelle, d’individu à individu, de clan à clan, de groupe à groupe, de planète à planète et de système à système, comportera les schèmes directeurs propres à nos accords fondamentaux et constituants les lois majeures de cet univers. Cela consiste donc, quel que soit le niveau de dégradation dans lequel chacun tombera, à retrouver puis à faire retrouver par les diverses voix perceptives disponibles et en usage selon la réalité du moment l’affinité native. La maxime de survie optimale pour le plus grand nombre restera le fondement moteur de toute procédure ; puis l’esthétisme lyrique, isthme d’infini matérialisé viendra s’y greffer ; couplé à une pensée axiomatique d’où naîtront les images puis les codes de communications futurs ; se raccrocherons à cela les options de gestion relatives à la survie des systèmes de groupes, des échanges mutuels, pour aboutir au développement des supports de reproduction des espèces puis finalement au dynamisme individuel. Toute procédure sera ainsi parcourue dans un sens puis dans l’autre, l’évaluation personnelle qui en résultera alors, si elle tend à se rapprocher de votre considération idéalisante propre et si cela provoque en vous un élan vital positiviste venant à bout de vos retenues sous-jacentes, vous permettra d’agir en conséquence dans la direction souhaitée.

PHASE 6 : La réhabilitation

À partir de la conjoncture du moment, du niveau de certitude relatif atteint et des développements à venir, sur chaque système sera élaboré un mécanisme physique mental puis spirituel standard de réhabilitation du potentiel de chacun fondé sur le libre déterminisme individuel et se dirigeant vers la cohésion optimale de groupe telle que nous l’avons connu avant le départ des hostilités. Toute source de conflit renfermant un antagonisme ou un amplificateur artificiel de survie caché aura son problème résolu par la seule découverte véritable de celui-ci ce qui lui fera retrouver son potentiel initial et d’elle-même, elle réévaluera ses actions futures dans ce sens qu’elle n’aurait jamais dû quitter. Les efforts initiaux seront orientés vers l’apaisement des conflits militaro-politiques mettant en péril la survie du mode planétaire local, à partir du désamorçage de toute troisième partie rencontrée.

PHASE 7 : La réunification

Sur chaque planète, dès que le seuil conscient de survie moyen aura été dépassé, l’élan s’orientera vers l’établissement de têtes de pont communiquant entre les différents systèmes en réduisant progressivement les poches de non compréhension. Parallèlement à cela, diverses recherches et recoupements seront entrepris pour éclaircir la situation exacte des envahisseurs à travers les univers. Leur progression donnera lieu à des évaluations concernant les premiers points de contact physique à travers le temps et l’espace. Les mesures de couverture nécessaire devront être prises. Les tactiques inhérentes à chacune des formes de combat restent à établir le moment venu, d’ici à deux cent mille ans. Que vos expériences soient diverses et puissent vous donner l’occasion d’apporter des solutions à ce délicat problème. Puissions-nous tous un jour retrouver cet amour qu’il nous faut séparer.

Séparation

À travers les trois mille sept cent milliards d’années lumières cube constituant l’espace de la bataille, ce fut la fin de ce dernier échange de flux. Il avait duré exactement un vingt-six  millième de nos secondes : chacun l’avait très clairement perçu, quelle qu’en fut sa localisation, au même instant … Peu après il y eut un immense bouleversement, ravageant tout sur son passage, puis plus rien. La phase 1 venait de commencer.

Note de l’auteur

La traduction verbale de ce message dans les conditions de notre temps présent ne permet certainement pas à l’ensemble d’entre vous d’en retrouver les propriétés réelles, telles que je les ai reçues de cette étrange créature qui en fait était humaine, et je m’en excuse. Les mots dégradent par trop la pensée originelle. Pourtant, il y a une exception à cette règle, elle concerne les personnes à qui ce message est destiné. Et j’espère que vous en faîtes parti. Auquel cas nous venons de dépasser le cap des cent vingt-huit millions (sur cette planète).

 

PSit : Tout contrevenant sera rêvisé, qu’on s’le dise !

 

Thierry Matra – août 86

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *