T’robot pour être au net…

 

par Hisdée GlingueT'robot pour être au net

C’était l’époque où j’étais robot ; oui, je sais, cela pourra paraître déplacé à certains, mais contrairement aux apparences présentes je ne le suis plus.

                Cela faisait trois rotations de galaxie que j’étais parti en mission.

T'robot pour être au net - ou pas

Oh ce n’était pas une mission très importante, je devais rechercher la femme du président. Il était dans tous ces états sauf celui qu’il était censé gouverner, ce qui occasionnait pas mal de déboires y compris pour ses bourses ; si vous voyez ce que je veux dire, au risque de me faire censurer.

                Pour tout vous dire, ma mission revêtait, en dehors des heures de déconnexion, un aspect plus diplomatique que familial, quoique.

                Mais permettez moi tout tableau de bord de me présenter. Au début j’étais Leverbe, ce qui par la suite suscita bien des interprétations délicates et souvent ridicules concernant la soi-disant création de cette partie de l’univers ; puis bien vite comme tant d’autre je fus robot. Pour être honnête, c’était une couverture, une protection des appâts rances afin de pouvoir donner libre cours à d’autres activités que je n’aborderai pas ici. Bref, un certain nombre de révolutions plus tard, je me transformais en stylo à bille pour vous narrer cette histoire afin d’en boucler la récursivité.

                Esquissez moi de vous apostillonner de la sorte car si certains mots ou expressions de mon vocabulaire vous choque, c’est parce que je n’ai pas encore eu tout le loisir expérimentalement nécessaire pour intégrer complètement l’ensemble de votre syntaxe très particulière (Le mot est le même par chez nous, mais on l’écrit d’une façon beaucoup plus poulie : Saint Axe). Allez donc y comprendre quelque chose, surtout que le mot d’ordre le plus répandu chez les robots est du genre : « Y’a pas de toc à s’aimer en tics ».

                Voilà donc planté le des corps, pardon le décor. Inutile de vous dire qu’au bout de la première révolution galactique, j’avais déjà eu sacrément le temps de m’ennuyer. Je m’appelais Bob et je pensais souvent à Bobine qui devait en tirer une drôle à cent vingt mille années lumières de distance. Pensez donc, elle devait être seule sur la station orbitale Aupithèque à relier entre eux tous ces petits circuits dopés au radium et abreuvés d’or fin. Vu que mes circuits génitaux à dichotomie reproductive et orgasmique ne me servaient guère, je décidai de les lui faire parvenir afin qu’elle puisse se les enclencher pour subvenir à ses propres besoins de duplication copulative. Je vous rappel que le non usage de rapports au sein d’un couple était fortement réprimé par la commision intergalactique de contrôle des duplications robotiques. Deux rotations galactiques sans reproduction pouvant entraîner la suppression de l’additif ménager.

                Il fallait protéger cet appareillage durant le transport en ayant soin de camoufler intelligemment le contenu réel car certains postiers pirates complètements timbrés étaient très friands de ce genre d’additifs ; ils arrivaient à bricoler des interfaces capables de leur procurer des échanges de flux similaires à ce que nous pouvions ressentir. Certains avaient même poussé l’extravagance scientifique jusqu’à bidouiller des amplificateurs orgasmiques de forte puissance qui se vendaient paraît il une petite fortune au marché sombre.

                Tout cela était évidemment fortement réprimé par les règlements en vigueur et les forces de peau-lisse (appelées ainsi par opposition à notre monde robotique), se les accaparaient au nom de la loi, puis les utilisaient sans foi. Ce petit marché était parvenu jusqu’à mes perceptions sonores par un robot de type I qui m’avait susurré qu’on en avait retrouvé un certain nombre réduits en bouillabaisse top cuite à la suite d’une disjonction du module de gestion des interférences des flux génétiques. La peau-lisse avait dû faire une enquête poussée qui n’aboutit pas, puis une contre-enquête, qui n’eut pas plus de résultat, et dût finalement être dissoute après que tous ces éléments eurent frauduleusement essayé le fabuleux engin. Le corps ainsi décomposé avait été reconstitué avec toutefois une légère modification syntaxique puisque maintenant on pouvait percevoir visuellement le mot police, là où avant figurait le mot « peau lisse ». L’agent OQ en était alors le nouveau digérant…le nouveau digérant…le nouveau digérant…le nouveau digérant…le nouveau digérant…le nouveau digérant…le nouveau digérant…le nouveau digérant…le nouveau digérant…le nouveau digérant…le nouveau digérant…le nouveau digérant…le nouveau digérant…le nouveau digérant…le nouveau digérant…le nouveau digérant…le nouveau digérant…le nouveau digérant…le nouveau digérant…le nouveau digérant…le nouveau digérant…le nouveau digérant…le nouveau digérant…le nouveau digérant…le nouveau digérant…le nouveau digérant…le nouveau digérant…le nouveau digérant…le nouveau digérant…le nouveau digérant…le nouveau digérant…le nouveau digérant…le nouveau digérant…le nouveau digérant…le nouveau digérant…le nouveau digérant…le nouveau digérant…le nouveau digérant…le nouveau digérant…le nouveau digérant…le nouveau digérant…le nouveau digérant…le nouveau digérant…le nouveau digérant…le nouveau digérant…le nouveau digérant…le nouveau digérant…le nouveau digérant…le nouveau digérant…le nouveau digérant…le nouveau digérant…le nouveau digérant…le nouveau digérant…le nouveau digérant…le nouveau digérant…le nouveau digérant…le nouveau digérant…le nouveau digérant…le nouveau digérant…le nouveau digérant…le nouveau digérant…le nouveau digérant…le nouveau digérant…le nouveau digérant…le nouveau digérant…le nouveau digérant…le nouveau digérant…le nouveau digérant…le nouveau digérant…le nouveau digérant…le nouveau digérant…le nouveau digérant…le nouveau digérant…le nouveau digérant…le nouveau digérant…le nouveau digérant…le nouveau digérant…le nouveau

... pour être au netThierry Matra

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *